Microsoft traitera une faille de sécurité critique d’Intel lors du Patch Tuesday de la semaine prochaine. Selon les plusieurs sources, ce bug est si grave que toute tentative de réparation via une mise à jour logicielles diminuerait la puissance de traitement d’au moins 30%. Ce chiffre important est encore à vérifier et une mise à jour logiciel est à faire sur Windows, mais pas que. Linux et Mac Os sont aussi touchés.


La question qui se posera donc mardi prochain pour les entreprises, est de connaitre l’impact exacte de cette mise à jour et de savoir s’il faudra retarder l’application du patch afin de ne pas trop dégrader l’expérience utilisateur ou s’il faudra en priorité sécuriser l’environnement. Ce qui est sûr, c’est qu’il ne faudra le déployer sous forme d’anneau pour éviter les surprises.

Selon les sources, cette faille est suffisamment grave pour être exploitée à tout moment et peut avoir un impact énorme sur les environnements virtualisés, tels que les centres de données et les serveurs cloud, notamment Microsoft Azure, Amazon AWS, Google, etc. Microsoft et Amazon ont déjà prévu des fenêtres de maintenance au cours de la semaine prochaine pour y remédier.

Même si Microsoft prépare à un correctif, il s’agit d’un problème de niveau matériel dans les processeurs Intel, les processeurs AMD ne sont donc pas affectés.